Saturday, March 31, 2012

03/24 Kimono session (Kimoi mono session OUPS...) ^___^

Testages de Kimonos estivaux (qui en restent des Kimonos, pas des Yukatas =) ) .

Petits croquis (tout a fait exagérés) de Sasaki san enroulant 一所懸命 ^ ^ la ceinture du kimono. 

            


 Chez Sasaki san, une adorable amie de 34 ans (membre émerite du "Cercle Informel des Femmes au Foyer Japonaises qui cuisinent-super-bien-et-qui-ont-vachement-de-temps-libre", (en effet le nom est de moi haha ^ù^") dont certains ont surement déjà entendu parler :D ) et qui comme la plupart des Japonaises de son age a une grande maison, un mari et... un chien =D Des enfants? Oh on verra plus tard hein!

Monday, March 26, 2012

03/22 Getting retro in progress.





Ce dessin n'a pas pour vocation de rester en mode croquis pour toujours, la colo est en route =)
Je pensais faire un background en 3D, par exemple. donc re-postable dans un futur plus ou moins (dépendant de l'humeur et de l'avancement) ''immediat'' ^_^

03/20 Odaiba, Tokyo Bay. Motorbikes.

Station's view. 120. Odaiba 16pm

''Pan Bombing'' attempt on the right ; )
国際展示場. Pan 180. 16pm.


 

Parking of the 国際展示場、お台場.Odaiba Bay. 16pm



03/20 Odaiba, Tokyo Bay. On a shiny day.

  






03/15 Spring, Picnics, and Hanamis.














Thursday, March 22, 2012

03/14 Boarding through borders.


14 mars 2012.

       En accord avec le l'indicateur de position a bord nous serions tout juste en train de survoler Almaty. Plus précisément, ou du moins aussi précisément que l'est le dessin approximatif de cet avion à échelle 20 sur une carte au format A5, nous serions entre Almaty et Uruqmi, 10h40 du soir heure locale. Il fait nuit noire derrière le hublot, je n'ai plus aucune notion du temps qui a passé. Après un bref calcul j'ai cru pouvoir affirmer avec certitude qu'il devait être... 17h40 pour mon corps, heure française, puis j'ai abandonné. J'ai du m'habituer au tarif des décalages horaires: quand il fait nuit je dors, au premier rayon de soleil je me réveille. Toute autre considération physique ne faisant plus aucun sens . Je suis dans une grève de réalisme acharnée, dans un processus automatique d'adaptation inconscient, et cet état temporaire mais lancinant, auto-infligé et étonnamment bienvenu, est celui la même qui me pose là, le visage collé contre cette vitre humide, à scruter à son travers le scintillement d'étoiles inconnues briller dans un noir de jais.
Ce paysage est magnifique, non en réalité il est d'une terrifiante sorcellerie... insondable.  La couleur du ciel mue,  noire bleue violacée, et d'un coup j'ai envie de me lever et de demander à tout le monde pourquoi eux aussi ne regardent pas par la fenêtre. Je pense que dans d'autres circonstances j'aurais été capable de le contempler à l'infini, proportionnellement à l'infini dont il fait déjà preuve. 

    Je suis comme totalement asservie, obséquieuse à la beauté intrinsèque de sa grandeur, son caractère envoûtant, englobeur, protecteur, avaleur d'hommes et de raison,  plongé dans un mutisme à la frontière du terrifiant et de l'excitant. Voilà c'est exactement ça. C'est horriblement excitant. Ce qu'il y a derrière cette vitre, le monde ignoré par tellement de passagers en cet instant  même aurait de quoi nous rendre fertile a la déraison, tous autant que nous sommes. Et cette fois non pas en tant que paysage de beauté, mais en tant qu'univers infini, matière impalpable mais existante, inhumaine mais créatrice, cercueil infini du nous en altitude dans l'habituellement inaccessible "nulle part" du "partout". Je suis au ciel. Littéralement. Mais non, ''Ignorons donc, ignorons'' qu'ils semblent tous dire, le nez plongé dans leurs écrans respectifs à regarder Justin Timberlake dans le brand new In Time se faire remplacer par un cascadeur dans le mensonge assumé du cinéma (à chaque fois que le plan montré diffère du "gros-plan-sur-bouclettes-blondes".)
Je ne suis pas entre Paris et Tokyo, ni entre Paris et Guang Zhou, je suis dans le ciel au dessus de la Mongolie, dans un paysage dont le mystère na d'égal que la beauté, j'ai rencontré une personne aussi belle qu'intelligente, et je suis dans son territoire, sur son terrain, en plein dans son mystère, dans son ventre fécond de matière a penser, de sujets a débattre, de sentiments a explorer. Je suis aussi au 7ème ciel de  l'hypocrisie intellectuelle: "Le ciel? Bof trop facile, tout le monde connaît". Ce ciel qui vomit inépuisablement ses  secrets sur le dos de ce corps étranger qu'est notre boeing de ferraille qui viole de ses va et viens l'intimité de ce magnifique corps noir en expansion. 
     Cela tandis qu'à l'intérieur de l'appareil ceux qui s'y trouvent, chanceux ignorant leur condition de privilégiés, ont, impatients, des préoccupations un peu plus basses: le trône est devenu objet de convoitise principal, et la queue pour ces toilettes se fait plus longue qu'une queue de Japonais devant un temple pour le nouvel an, devant une boutique La Durée ou devant le dernier train de la yamanote un vendredi soir après un accident voyageur.

En peu de mots, pendre l'avion, c'est fantastique.

Wednesday, March 21, 2012

03/14 2nd Stupid sketch while boarding CSA ; )

Or when you feel like the only one being...different ; )



I know this strange drawing needs a content's explanation : )
So this is just a random sketch I draw while boarding the plane to Tokyo, proving how I'm always acting so weird while I'm alone.

This time I realized I was simply stressing out before the stewardess comes to offer me a drink for the mere reason I didn't knew what to order =D 

I was like the sketch you see above, lost facing the huge variety of drink offered, tho I should have just choose any thirst quenching. But no, this was something I was obviously unable to do
(But yeah I might have exaggerated a bit =D)



The (only) good thing one can get out of this behavior is that It always makes me laugh at myself so loud, so I never get bored, even alone.
But the (huge) drawback is that I just always look and sound SO insane. Really.

Edit : Ce dessin me fait aussi rire aujourd'hui parce que comme vous pouvez voir sur le dessin en bas a gauche (en jap avec une flèche) il est écrit: "めちゃ優柔不断な女性".
  Cette expression que j'avais utilisée pour plaisanter, 優柔不断 est censée designer les gens qui n'arrivent jamais à se décider.
Et lors de notre premier rendez vous avec mon petit ami il m'avait sorti exactement la même phrase "Tu ne serais pas une personne super indécise toi par hasard?" donc là, comme une private joke de moi à moi même j'avais pouffé de rire ...0
(Oui un peu trop de privates jokes de moi a moi même, je vais finir à l'asile je pense)...

Pour ce qui est de mon copain, il avait un peu raison, pendant la soirée le mot d'ordre a été: ''Beeeeeen, je sais pas"
*devant le menu du restau apres 30 minutes*
-Beeeen, on prend plusieurs truc et on partage? :D
-Karaoke, Game Center ou Billard tu dis? Beeeeeen les trois on peut?

Bon j'arrête de faire le récit d'anecdotes ridicules, non j'arrête pas, si aller...Bon... beeeeeeeen...(je plaisante hein!)

Haha! 笑 ^_^

Décidement vôtre,

Tuesday, March 20, 2012

03/13 Retour CSA (China Southern airlines)





Ou un dessin one again pour un traget one again. =)
Désolée pour la qualité du dessin preque littéralement fait du du PQ de l'avion =)
Je n'avais jamais eu de traget aussi secoué que ce retour...Pendant presque 7 heures des 13 qui ont séparé Paris de Guang Zhou l'avion a tangué comme pas possible. Si mon subtil prof d'Aikido avait été à bord il n'aurait sûrement pas laissé passer la blague de ''l'avion tangue, le pilote frère Tang"
à coup sûr : D.
Cela dit je continue à clamer haut et fort que Csa, malgrès ses initiales portant a confusion, est une super compagnie.

Vive Mao, vive le communisme et les pattes de canard laquées.

Sunday, March 18, 2012

03/06 Paris perdu.





Musée du Louvre, Paris. Panoramiques 180. 17h15.

Amstermeuf from head to toe.




Rue Siegel. Panoramiques 120°

03/04 Amstermeuf again.






 

 






Mickey cupcake..euh Mini cupcake =)

PIMP corpse.

Le prix de ce Mario, contrairement a sa resolution, était en RPF (rich pixel format)... =)

''Edite Piaf'' =)

Jeannou. : )

"Hein de quoi?  "Play back" t'à dit ??''

Une demi part de ce gâteau peut tuer 100 diabétiques, solutionner la famine en Afrique,
ou couvrir vos apports journaliers en sucre pour 100 ans.

Cette photo a une pure compo de merde, mais le jurry ayant tripé sur les reflets du guidon,
elle figure très arbitrairement parmis les finalistes.


Amstergazelle.


Le power of le focus protège vos yeux de la selle (vomitive) au premier plan. Si si regardez bien...

Amstercheval.


La fameuse Miel-Chèvre. Aie, comme qui dirait.

Regarder un film SANS écran de projection, c'est juste trop ouf =D



Amsterdam est par définition une ville "sans commentaires", je ne devrais pas non plus faire d'entorse à la règle de la sorte.